Nous tenions à dénoncer aujourd'hui des méthodes indignes d’une candidate à l’élection présidentielle. Lors de son discours du 11 février, Ségolène Royal a prédit que « si rien n’est fait » il y aurait « des émeutes d’une violence extrême dans les quartiers dits sensibles ».

Alors que Nicolas Sarkozy propose la mise en place des écoles de la seconde chance, des internats de la réussite, de soutiens scolaires accessibles à tous, d’un CV anonyme,  de 5% des places des grandes écoles réservées aux élèves issus des quartiers défavorisés, de l’accès à chacun à la propriété, du désenclavement des quartiers par une meilleure politique de transport en commun, … Ségolène Royal s’en tient aux incantations en adoptant des postures dignes d’une pièce de théâtre dramatique pour résoudre les vrais problèmes de violences, de discriminations, de chômage, de logement et d’exclusion dans ses quartiers.

            Nous contestons la méthode utilisée par Ségolène Royal pour régler des problèmes que la gauche n’a pas su résoudre quand elle était au gouvernement alors que l’insécurité explosait entre 1997 et 2002. Madame Royal nous joue pour ses quartiers dits sensibles le remake de la police dite de proximité qui a montré toute son impuissance et ses faiblesses.