Après avoir dit, « Vos idées sont les miennes », la candidate socialiste aux présidentielles continue sur sa lancée. C’est maintenant son langage, qui s’appauvrit. Nous lui souhaitons que ces raccourcis faciles ne lui fassent pas imiter les petites phrases simplistes et choquantes de son fidèle soutien Geoges Frêche. Elle préfère maintenant parler de « petites retraites», plutôt que de « pensions modestes » ou de « vie chère », plutôt que de « pouvoir d’achat » ! Bref, comme si changer les mots, allait changer les maux !